Rapport annuel 2017

Classé dans : Accueil, Activités 2017 | 0

Rapport annuel des différents secteurs d’activités de CRADIB-ONG (2017):

1.Filière anacarde

Au cours de l’année 2017, deux projets ont permis de renforcer les capacités techniques et organisationnelles des producteurs d’anacarde. Il s’agit du projet BeninCajù et du projet GEBANA.

Le Projet BeninCajù est un projet initié par Technoserve et financé par le Département de l’Agriculture Américain (USDA). Ce projet a pour objectif d’accroitre les moyens de subsistances agricoles et la résilience des producteurs en améliorant la qualité et la quantité de l’anacarde produit. Dans le cadre de ce projet, le volet production a été confié à l’ONG internationale Catholic Relief Service (CRS). Ainsi, pour la mise en œuvre de ce projet, cette organisation a signé un contrat de prestation avec (03) trois structures expérimentées dans le renforcement de capacité des producteurs d’anacarde. Au nombre de ces structures, figure CRADIB-ONG qui mettra en œuvre le projet dans les communes de Glazoué, de Dassa-zoumé, de Savalou et de Djidja. Ce projet a débuté en 2016 et prendra fin en 2020.

Le projet GEBANA

  • Renforcement des capacités techniques des producteurs d’anacarde et autres appuis

Dans le cadre du projet BeninCajù 2017, les activités de renforcement de capacités techniques ont concerné les thématiques suivantes :

  • Les bonnes pratiques de Récolte et post-récolte des noix d’anacarde
  • Les bonnes pratiques d’entretien et de gestion des plantations d’anacarde
  • Les compétences SMART SKILL (Education financière, Marketing de base)
  • Les bonnes techniques d’installation de nouvelles plantations
  • Les bonnes pratiques de gestion des ravageurs et des maladies

Pour ces renforcements de capacités techniques, l’approche adoptée a été la formation et le suivi des producteurs bénéficiaires des appuis du projet.

En dehors de ces appuis de renforcement de capacités, d’autres appuis ont été donnés aux producteurs dans le cadre de ce projet. Il s’agit notamment des :

  • Activités de membership
  • Activités d’organisation des producteurs pour la vente groupée de leur noix
  • Activités d’’information des producteurs sur le prix du marché d’anacarde

1.1.2. Résultats des activités de renforcement des capacités techniques des producteurs

Le tableau1 ci-dessous, renseigne sur les résultats atteints au cours des activités de renforcement de capacité technique des producteurs et leurs impacts.

Tableau1 : Statistique des producteurs bénéficiaires des formations et impacts des activités de suivi

Projet Activités Bénéficiaires Impacts des activités de suivi
Hommes Femmes Total
BeninCajù 1-Formation et suivi des producteurs sur les bonnes pratiques de récolte et post-récolte du soja 2046 1051 3097

-45% des producteurs suivis ont appliqué le ramassage des noix ;

-08% des producteurs suivis ont séparé les noix de la pomme par des ficelles

-23% des producteurs suivis ont séché les noix après récolte

-38% des producteurs suivis ont utilisé des sacs de jute pour le conditionnement

-14% des producteurs suivis ont stocké leur produit dans les magasins

 

 

 

 

 

 

 

 

 

BeninCajù

2-Formation et suivi des producteurs sur les bonnes pratiques d’entretien et de gestion des plantations d’anacardier et sur l’éducation financière

3-Formation et suivi des producteurs sur les bonnes pratiques d’installation de nouvelle plantation

2025 1036 3061

-39% des producteurs suivis ont appliqué l’élagage

-04% des producteurs suivis ont appliqué l’éclaircie

-44% des producteurs suivis ont appliqué l’association de culture

-47% des producteurs suivis ont appliqué de fauchage

-27 ha de plantations d’anacardier ont été valorisés et plus de 2694 plants dont 50 plants sont des plants greffés

 

 

 

BeninCajù

 

 

4- Formation et suivi des producteurs sur les bonnes pratiques de gestion des ravageurs et des maladies et marketing de base

 

1992

 

1221

 

3213

-69% des producteurs suivis ont des problèmes de nuisibles (foreurs de tige et anthracnose) dans leurs champs et 13% ont utilisé des méthodes de lutte chimique pour lutter contre ces nuisibles

1.1.3. Résultats des autres activités d’appui aux producteurs d’anacarde

  • Activité membership

Dans le cadre des activités du projet BeninCajù 2017, nous avions conduit des groupes qui ont bénéficié de nos appuis de renforcement de capacité en coopérative membre de la faitière FENAPAB (Fédération Nationale des Producteurs d’Anacarde du Benin). Ainsi, le tableau 2 ci-dessous indique les résultats obtenus.

Tableau2 : Statistique de la conversion des groupes bénéficiaires des appuis en coopérative

Communes Villages Situation actuelle Période de création 
Savalou Odouagbon Iberi 1 Création de CVPA avec 19 membres dont 10 femmes Juin 2017
Damé2 2 Création de CVPA avec 15 membres dont 03 femmes  

Septembre 2017

GOBADA 2 3 Création de CVPA avec 15 membres dont 04 femmes Mars 2017
Lama 4 Création de CVPA avec 17 membres dont 09 femmes Septembre 2017
Aballa 5 Création de CVPA avec 15 membres dont 03 femmes Novembre 2017
Aballa (GF) 6 Création de CVPA avec 15 membres dont 15 femmes Novembre 2017
Afé-zongo 7 Création de CVPA avec 29 membres dont 21 femmes Novembre 2017
Dassa-zoumé N’gbega 8 Création de CVPA avec 12 membres dont 03 femmes Juillet 2017
Agbondjedo 9 Création de CVPA avec 29 membres dont 04 femmes Juillet 2017
Agondokpo 10 Création de CVPA avec 11 membres dont 01 femme Juillet 2017
Akoffodjoulé Centre 11 Création de CVPA avec 17 membres dont 11 femmes Août 2017
Djidja Assantoun 12 Création de CVPA avec 15 membres dont 05 femmes Mars 2017
Lalo 13 Création de CVPA  avec 07 membres dont 01 femme Août 2017
Glazoué Djanmandji 2 14 Création de CVPA avec 15 membres dont 03 femmes Juin 2017
Goto 15 Création de CVPA avec 9 membres dont 01 femme Septembre 2017

Au total, 15 CVPA ont été créée au cours de cette année 240 producteurs/trices.

  • Organisation des activités de vente groupée des noix

Pendant la campagne de commercialisation des noix de janvier à mai 2017, la sensibilisation des producteurs a permis de réaliser certaines activités de vente groupée dont les résultats sont présentés dans le tableau3 ci-dessous.

Tableau3 : Statistique de la réalisation de la vente groupée des noix d’anacarde

Projet Commune Nom CV /

Groupement de femmes

Nbre de producteurs ayant participés Volume Valeur (FCFA)
Tonnes (T) Nombre

de sacs

Prix unitaire (FCFA)
BeninCajù Savalou GF 5 1,1 14 800 908 000
Egbedon 7 1,6 20 800 1 292 000
Nakossan 7 1,8 23 800 1 485 600
Suru-Lere 7 2,8 35 800 2 237 600
Koffé-Agballa 5 1,1 14 800 884 800
Akpaki 5 15,7 196 800 12 580 800
Total 36 24,2 302 800 19 388 800
  • Mise en œuvre du système d’information du marché

Au cours de la campagne 2017 de commercialisation des noix d’anacarde, un système d’information du marché a été mis en place au profit des producteurs. En effet, les conseillers communaux des différents prestataires demandent les informations sur le prix des noix au niveau local auprès des points focaux des producteurs. Une fois qu’ils ont l’information, ils la communiquent aux conseillers focaux qui à leur tour, informent le chargé de Suivi-Evaluation de la FENAPAB. Ce dernier analyse les informations locales reçues et partage avec les conseillers (focaux et communaux) les informations sur le prix de l’anacarde au niveau régional. Ces conseillers diffusent l’information aux points focaux qui à leur tour informent les membres de leur groupe. En outre, le superviseur de CRADIB veille au bon fonctionnement du système et rend compte au chargé de production de BeninCajù.

Figure1 : Mécanisme de fonctionnement du SIM

2.Filière soja

Le soja est une légumineuse dont la qualité nutritionnelle n’est plus à démontrer pour toutes les classes d’âge (nourrisson, enfant, femme allaitante, femme en grossesse, jeune et vieillard). Au Benin, l’une des ONG internationale qui a bien compris ces enjeux est la coopération Allemand GIZ qui à travers ses projets ProAgri et ProCIVA ne ménage aucun effort pour accompagner le développement de la chaine de valeur du soja. C’est ainsi que pour contribuer à l’atteinte des objectifs de développement des chaines de valeur de la filière soja, CRADIB a été sollicité entant que prestataire de Mai à Novembre 2017 pour la mise en œuvre d’un contrat de renforcement de capacité technique des producteurs de soja dans les communes de Zogbodomey, d’Abomey, de Bohicon, de Djidja, de Savalou et de Bantè. Ce projet a pour objectif de contribuer à l’amélioration de la productivité du soja dans les communes précitées. Par ailleurs, dans le domaine de la transformation du soja, CRADIB a été également appuyé aussi bien techniquement que financièrement par la ProAgri pour la mise en œuvre d’un contrat. Ce contrat a pour objectif de former 650 femmes transformatrices de soja recensées dans les communes de Savè et de Glazoué en meilleures techniques de fabrication de fromage.

2.1. Secteur production du soja

2.1.1. Renforcement des capacités techniques des producteurs de soja

Les activités de renforcement de capacité ont consisté à former les producteurs sur les bonnes pratiques de production de soja et à les suivre dans l’application de ces bonnes pratiques afin d’améliorer le rendement et le revenu des producteurs. Le tableau3 ci-dessous montre les résultats de la mise en œuvre des activités de formation des producteurs.

Tableau3 : Résultat de la mise en œuvre des activités de formation des producteurs

Communes Nb villages Effectifs
H F Total
Abomey 03 68 25 93
Bohicon 01 16 12 28
Zogbodomey 10 192 123 315
Djidja 16 366 160 526
Savalou 13 162 175 337
Bantè 09 187 81 268
Total :06 Total :52 991 576 1567

Au total 1500 producteurs étaient attendus mais 1567 producteurs ont été formés. Un écart positif de 67 producteurs/trices de soja a été noté. Cet écart se justifie par la réussite de l’identification des producteurs bénéficiaires des formations.

2.1.2. Facilitation d’accès aux crédits pour les producteurs formés

Dans le cadre de la facilitation d’accès aux crédits. Il a été suscité aux niveaux des producteurs formés la nécessité d’ouvrir un compte auprès des institutions de microfinance afin de pourvoir bénéficier des services financiers. Ainsi, le tableau 4 ci-dessous montre les résultats de cette activité.

Tableau4 : Facilitation d’accès aux crédits

Communes Villages Statistique des Ouvertures de compte Nom des institutions de microfinance
Hommes Femmes Total
Zogbodomey Dohouè 17 8 25 PEBCO-BETHESDA
Kotonou 1 3 5 PEBCO-BETHESDA
Bantè Cloubou 28 14 42 CLCAM
Total 42 25 72

Ce projet a accompagné 72 producteurs à ouvrir un compte bancaire afin de pouvoir bénéficier des services financiers plus tard quand ils auront mouvementé leur compte.

2.1.3. Facilitation d’accès aux semences soja

Dans le but d’améliorer le rendement du soja produit, il était important de faciliter l’accès aux semences certifiés pour les producteurs de soja formés. C’est ainsi que grâce à certaines structures qui commercialisent les semences de soja, CRADIB à travers ses conseillers à faciliter l’accès aux semences pour les producteurs dans les communes précitées. Le point statistique de ces appuis est noté dans le tableau5 ci-dessous.

Tableau5 : Statistique de la facilitation d’accès aux semences soja

Communes Hommes Femmes Total Quantité de semences Soja  (Kg) Source d’approvisionnement
Djidja 60 8 68 2022 CoopDicPA, SCDA, FUPRO
Abomey 0 0 0 0 CoopDicPA
Bohicon 0 0 0 0 CoopDicPA
Zogbodomey 27 8 35 446 CoopDicPA, SCDA, ALDIP
Savalou 10 5 15 157 CoopDicPA
Bantè 14 3 17 180 CoopDicPA, UNPS
Total 111 24 135 2805

Au total 2805 kg de semences de soja ont été achetés par les producteurs formés. Toutefois, remarquons que la commune de Djidja est la première commune au niveau de laquelle les producteurs ont été plus motivés pour l’achat des semences améliorées.

2.1.4. Facilitation d’accès aux inoculum de soja

En dehors des semences de soja, le projet avait pour objectif de faciliter l’accès aux inoculum de soja aux producteurs. Le tableau6 ci-dessous, donne une idée sur ce résultat.

Tableau6 :  Facilitation d’accès aux inoculum de soja

Communes Hommes Femmes Total Quantité (sachets d’inoculum)
Djidja 24 5 27 73
Abomey 0 0 0 0
Bohicon 0 0 0 0
Zogbodomey 15 2 17 14
Savalou 10 4 14 23
Bantè 23 5 28 39
Total 72 16 86 149

Les résultats du tableau6 montrent que 149 sachets d’inoculum soit 74,5 ha de champs de soja cultivé en 2017 ont bénéficié des semences de soja inoculées.

2.1.5. Evaluation des rendements de soja des producteurs formés 

Au total, un échantillon de 250 producteurs/trices soit en moyenne 05 producteurs par village, a été utilisé pour l’évaluation des rendements du soja produit.  Les résultats de cette évaluation sont présentés dans le tableau7 ci-dessous.

     Tableau 7 : Rendements du soja en fonction des traitements

Communes Soja locale (%) Inoculum avec
soja local (%)
Soja amélioré
sans inoculum (%)
Soja amélioré
avec inoculum (%)
Djidja 453 610 837 961
Bohicon 570 0 0 0
Abomey 470 0 0 0
Zogbodomey 321 0 551 563
Bantè 599 713 670 764
Savalou 740 875 1190 1365
Total 526 733 812 913

 

Les résultats du tableau6 montrent que les rendements moyens du soja local ; soja local plus inoculum ; soja amélioré sans inoculum et du soja amélioré avec inoculum sont respectivement de 517 ; 733 ; 812 ;913. Ainsi, dans toutes les communes, le traitement soja amélioré avec inoculum a donné le rendement le plus élevé (913). En effet, de l’analyse de ces résultats nous pouvons conclure que l’utilisation de l’inoculum permet d’améliorer le rendement du soja. Toutefois, le rendement moyen le plus élevé de 913 kg/ha pour les variétés améliorées ne reflète par leurs potentialités (de plus 1500Kg/ha).

En effet, plusieurs facteurs ont contribué à la réduction de la performance des variétés améliorées. Il s’agit de :

  • L’inégale répartition des pluies parfois rare ou avec de grande quantité d’eau entrainant la reprise des semis et des semis tardifs,
  • L’arrêt précoce des pluies dans le mois de septembre entrainant un mauvais remplissage des gousses et la baisse des rendements même pour les variétés améliorées.
  • Des difficultés d’assurer un bon entretien des champs après semis pour les raisons de manque de temps et de moyen financier pour payer la main d’œuvre.

La figure2 ci-dessous nous montre une augmentation des rendements des producteurs par rapport aux producteurs qui ont semé du soja local.

Figure2 : Augmentation des rendements par rapport au témoin (Soja local)

L’analyse de la figure2 montre une augmentation de 42%, 35%, 28% respectivement pour les rendements moyens du soja amélioré avec inoculum, du soja amélioré sans inoculum et du soja local avec inoculum par rapport au rendement moyen du soja local.

Ainsi, la production du soja amélioré avec inoculum permet aux producteurs d’avoir un gain en rendement par rapport au soja local.

2.1.6. Information utile à relayer 

A Bantè, dans le village Cloubou, l’équipe de supervision a été impressionnée par l’outil de semis du soja que le président de la coopérative Monsieur WAYO Traoré a développé. Cet outil est un pieux en bois dont l’extrémité inférieur à une forme en Y et l’écartement du V est approximativement 0.2m (Photo1). L’utilisation de cet outil en bois offre l’avantage au producteur de respecter l’écartement de semis mais également de gagner du temps pour réaliser les poquets sur les billons. Ceci est une solution locale au problème de perte de temps que posent souvent les producteurs.

Photo1 : Utilisation d’un pieux en bois spécial pour le semis à densité 0.2m sur billon

2.2. Secteur de la transformation du soja

2.2.1. Renforcement des capacités techniques des transformatrices de soja

Dans le souci d’avoir du fromage de soja de qualité et à bon prix, CRADIB-ONG a été appuyé par la GIZ/ProAgri pour le renforcement des capacités des transformatrices de soja de Glazoué et de Savè. Cette activité a durée de Mars à Mai 2017. Le diagramme de transformation qui a été expliqué aux participantes et se résume de la manière suivante :

  • Triage et lavage ;
  • Concassage ;
  • Vannage ;
  • Dépelliculage ;
  • Trempage (courte durée) ;
  • Mouture ;
  • Humectage ;
  • Tamisage ; cuisson du lait ;
  • Coagulation ;
  • Pressage ;
  • Moulage ;
  • Conditionnement.

Le tableau 8: ci-dessous indique les statistiques des femmes qui ont bénéficié des formations de renforcement de capacité au cours de la mission.

Tableau8 : Statistique des femmes formés sur les bonnes pratiques de transformation

Communes Femmes Impact des activités de suivi des transformatrices
Glazoué 297 Environ 80% des transformatrices ont  respecté les techniques recommandées  et déplore le manque de moyen pour achat des matériels de transformations et moulin et environ 20% n’ont pas respectés les règles hygiènes dues à l’absences d’eau potable et un cadre adéquat de transformation.
Savè 623 Environ 85%  ont respecté les différentes techniques sauf environ 15% qui ne respectent pas les règles d’hygiène  et déplore le  manque de moyen pour achat des semences et manque d’eau.
Total : 659  

Télécharger le rapport pdf